Psychothérapie

Grandir - structurer sa personnalité, est un processus long et complexe, influencé par de multiples facteurs, et qui passe nécessairement par des phases de crise, de réorganisation.

Il s’agit par exemple pour le bébé de tisser des liens qui lui assurent sa sérénité affective, de prendre conscience de soi et des autres.
Quelques années plus tard, l’enfant cherche notamment à enrichir sa personnalité et à diversifier ses relations au-delà du cercle familial tout en conservant sa famille comme repère central.
C’est ce repère que l’adolescent envisage autrement. Il lui faut entre autres remanier ses liens d’attachement, c’est-à-dire s’éloigner de ses parents sans rompre, bénéficier de leur soutien et de leur compréhension sans se sentir dépendant, se projeter dans l’avenir tout en investissant un présent qui change sans cesse.

Ces phases sont parfois trop douloureuses et amènent le bébé, l’enfant ou l’adolescent à se figer dans un mode de relations aux autres et à soi qui empêche une évolution constructive.
Il peut aussi arriver que le bébé, l’enfant ou l’adolescent se sente en difficultés face à des événements de la vie qu’il ne peut élaborer seul ou en famille. Souvent, ce sont ses parents, un enseignant ou un médecin qui s’inquiètent de son évolution.

Dans ces cas, la psychothérapie est l’occasion pour le bébé, l’enfant, l’adolescent et sa famille de faire une pause, dans un espace et un temps bien particuliers, à distance et à l’abri du rythme quotidien, dans un cadre relationnel où l’écoute et le respect de la singularité de chacun sont garantis.

La psychothérapie d’un bébé ou d’un jeune enfant s’effectue bien-sûr avec sa mère ou son père, car sa dépendance affective lui est essentielle et c’est le regard croisé de l’un de ses parents et du psychothérapeute qui peut l’amener à un mieux être.

La psychothérapie proposée à l’enfant ou à l’adolescent vise à mieux cerner sa problématique singulière, à donner du sens à sa façon d’être - de ressentir, de penser, d’agir, à mobiliser et développer ses ressources psychiques, sa créativité, afin d’assumer plus sereinement et plus sûrement sa vie, sa personnalité en construction.

La psychothérapie d’un bébé, d’un enfant ou d’un adolescent n’a pas de durée préétablie. Elle modifie toujours, à des degrés variables, la façon dont le bébé, l’enfant ou l’adolescent s’engage dans sa famille, ce qui peut être troublant. C’est pourquoi il importe qu’une relation de confiance s’installe entre la psychothérapeute et les parents afin ces derniers soient assurés qu’elle ne travaille pas contre eux, mais avec eux.

Quand la psychothérapie est préposée aux deux parents et à l’ensemble de la fratrie, nous parlons d’une psychothérapie familiale.